La nature d'un plan de préparation, le degré de complexité et de précision de son élaboration, la périodisation utilisée dépendent en premier lieu de la spécialité sportive étudiée.
Pour de nombreux sports, notamment la natation, l'athlétisme, les tâches majeures de la planification consistent à établir un calendrier de compétitions hivernales et d'été, à enchaîner adroitement les étapes de développement et à fixer le volume et la dynamique de charge de chaque étape. La saison présente deux temps forts et un objectif de forme optimale du pratiquant est assigné à ces deux périodes. La planification s'organise essentiellement autour des charges énergétiques et techniques.
En revanche, pour les sports collectifs, les sports duels et certains sports de pleine nature comme la voile, par exemple, les compétitions s'échelonnent sur plusieurs mois et dans un milieu plus incertain (incertitude liée aux adversaires et/ou au milieu). L'activité de planification peut alors paraître sans objet ou impossible à réaliser. Les faits plaident différemment et la planification de l'entraînement s'organise sur les points forts de la saison et tente d'intégrer les multiples paramètres déterminants la performance. Mais les charges techniques, physiques, tactiques et informationnelles, la dimension individuelle et collective, les aspects technologiques, les compétitions intimement mêlées à l'entraînement par leur périodicité complexifient grandement cette tâche de planification. Alors, un certain nombre de questions se posent :

Nous apportons des éléments de réponse à ces questions dans les parties suivantes en proposant des comparaisons entre plusieurs sports assez différents :