Anticipation

La cognition prospective en vol à voile : prévision et anticipation
Extrait d'un article de M. Bouet, "Activité décisionnelle et cognitive en vol à voile". Motricité humaine n°1, 1983


Nous faisions l'hypothèse que dans une activité où l'on ne peut suspendre l'action et où l'évolution du milieu est incessante, il était de la plus extrême importance de prévoir et d'anticiper, bref de se situer en avant et en avance, par rapport au déroulement futur tant de l'action (anticipation) que des phénomènes de la nature (prévision) ; et que la capacité à le faire conditionnait l'exercice de la prise de décision et de son efficacité.

Effectivement, la cognition prospective s'est, dans nos données, révélée comme l'un des aspects qui accuse le plus la différence entre le fonctionnement psychologique des vélivoles experts et des non-experts. Ces derniers ont fort peu de cognitions prospectives, et encore sont-elles de portée temporelle très limitée. Le comportement décisionnel au "coup par coup", dont nous avons parlé plus haut, en dépend. S'il y a chez eux anticipation, ce n'est guère que pour maintenir les conditions de vol "en local" du terrain. Inversement, on a constaté chez des pilotes très experts un taux de prévisions-anticipations qui atteint plus de la moitié du taux des informations et qui va même, dans certains vols, jusqu'à l'égaliser.
    Certes, comme l'a bien souligné P. Parlebas (1981), l'attitude anticipatrice est fondamentale dans ces conduites d'action que sont les sports. Mais ici, dans le cas du vol à voile, l'aspect cognitif et conscient en est particulièrement marqué, comme, aussi, la distance prise par rapport au présent, grâce à la latitude donnée à l'élaboration intellectuelle des indices et à la réflexion tactico-stratégique.

Les contenus des prévisions que nous avons codées sont le plus souvent : les ascendances attendues, les plafonds d'altitude escomptés, l'évolution de la situation aérométéorologique, les arrivées calculées.

Quant aux anticipations (dont le propre est d'intégrer les interventions mêmes du pilote à la représentation qu'il se fait du futur), nous avons été conduits, dans l'analyse de nos données, à distinguer : les anticipations d'action proprement dites, les anticipations de conséquences d'action (l'action pouvant être soit l'exécution en cours d'une décision, soit seulement une action dont on ne fait qu'envisager la décision possible) enfin les anticipations relatives à la sécurité (marges à respecter ; parades et replis éventuels) ; mais, à la limite, c'est toute anticipation qui est facteur de sécurité.