tennis.gif (1913 octets)
Anticipation

Stratégies pour l'anticipation
Extrait d'un ouvrage de Richard A. Schmidt, "Apprentissage moteur et performance". Vigot, 1993


L'association des gains réels réalisés quand les joueurs anticipent correctement et des coûts très importants des anticipations erronées donnent naissance à des éléments stratégiques importants pour les activités sportives rapides.
    Une stratégie consiste à faire tout son possible pour empêcher l'adversaire d'anticiper correctement. Cela peut se faire en étant imprévisible, en variant, de façon aléatoire, les mouvements ainsi que le moment où on les exécute, de telle sorte que l'adversaire ne puisse pas anticiper efficacement. L'adversaire qui anticipe sera si souvent pris à contre-pied, avec les effets désastreux que cela implique, qu'il ou elle échouera et sera forcé(e) d'adopter une stratégie de réaction, plutôt que d'anticipation.

Un principe important dans de nombreux sports rapides est que si vous arrivez à organiser votre jeu de telle sorte que l'adversaire soit obligé de réagir, avec les processus de TR lents et complexes décrit ci-dessus, vous aurez alors gagné.
    Par contre, l'adversaire qui arrive à anticiper correctement s'arroge un gros avantage. La solution consiste à rendre vos mouvements imprévisibles pour forcer l'opposant à réagir plutôt qu'à prévoir.

    Une autre stratégie importante consiste à permettre à l'adversaire d'anticiper, mais d'exécuter alors le mouvement opposé de celui qui a été anticipé. Un joueur de racquet-ball se place comme s'il allait frapper une balle molle près du mur frontal, obligeant son adversaire à courir vers l'avant. Puis la frappe molle anticipée se révèle être un passing shot qui surprend l'adversaire à contre pied. Ce type de stratégie occupe une place importante dans presque tous les sports rapides. Elle repose sur le fait que si vous pouvez inciter votre adversaire à anticiper, vous prenez l'avantage, à cause du coût élevé d'une mauvaise anticipation.