Automatisation

Développer l'adaptabilité et l'imagination, pas la stéréotypie
Extrait d'un article coordonné par D. Dahon, "Tactique au départ". 4ème Colloque Haut Niveau des Entraîneurs de la FFV, 17-20 octobre 1995, ENV.


Certains coureurs étrangers montrent une grande imagination dans la gestion de leur stratégie de départ, dont pourraient s'inspirer les entraîneurs et athlètes: par exemple arriver bâbord sous le vent de la ligne et virer au dernier moment, en gardant beaucoup de vitesse. Bertrand Dumortier (entraîneur national des 470) par exemple préconise sur " règle noire " en 470 (dans certaines circonstances) de longer la ligne bâbord amure pour aller se placer tribord après un virement : cela permet de bien évaluer le ventre (mais cela ne serait pas possible par exemple en catamaran).
    Le fait d'être très mobile sur la ligne peut avoir un avantage, cela permet de " déstructurer " des repères d'alignement qui pourraient être faussés par les paquets, et relativiser ces alignements, en ayant une meilleure appréhension spatiale de la ligne qu'à l'intérieur d'un paquet, presque à l'arrêt.
    Ont peut malheureusement constater que dès l'Optimist, de nombreux régatiers ont intégré des stéréotypes ou des " recettes " qu'ils reproduisent quelque soient les situations de départ, ce qui fait vraisemblablement obstacle à des progrès au départ.... et plus généralement en régate. La performance sur des situations de départ aussi complexes et singulières est fondamentalement liée à de hautes capacités d'adaptation, voire d'improvisation, qu'il est nécessaire d'encourager chez les plus jeunes coureurs. Ces capacités d'improvisation et d'action " créative " doivent être stimulées lors des entraînements par la variabilité des situations proposées, l'essai de solutions inédites. Si l'entraînement doit permettre le développement d'automatismes techniques, il doit éviter une trop grande stéréotypie dans les stratégies de départ, et favoriser au contraire une grande flexibilité à ce niveau.