automatisation.gif (2293 octets)
Complexité
informationnelle

Complexité de l'étude des processus de traitement dans les situations d'oppositions
Extrait d'un article de J.J Temprado, "Prise de décision en sport : modalités d'études et données actuelles". Revue STAPS, vol. 10, n° 19, février 1989


    Les indices produits par les acteurs sportifs doivent permettre aux uns de coordonner leurs décisions (réduire l'incertitude entre partenaires) tout en plaçant les autres (adversaires) dans l'incertitude. Cette double nécessité de production et décodage simultanés de l'incertitude rend difficile l'analyse des processus de traitement dans les situations d'oppositions. De sorte que la plupart des études distinguent, pour simplifier, le joueur qui à " l'initiative de la production d'incertitude " et celui qui est " en attente " du coup de l'adversaire et à pour tâche principale de réduire l'incertitude.

    Lorsqu'il s'agit d'étudier les stratégies de traitement de l'information, les travaux les plus nombreux portent sur le joueur en attente, sans doute parce que celui-ci peut être plus facilement représenté par le modèle de traitement de l'information (Martenluk, 1976 ; Schmidt, 1982). Cependant quelques tentatives ont été faites pour étudier les rapports entre " joueur en initiative " et " joueur en attente " (Proteau, Teasdale, Vachon et Moisan, 1982 ; Proteau et Laurencelle, 1982). Cette modélisation prévoit qu'un des joueurs est en attente de l'événement du jeu présenté par l'adversaire et par conséquent que les processus et les stratégies de décision opèrent comme réduction et gestion de l'incertitude. C'est le joueur en attente que nous étudions en tant que " Décideur ", c'est-à-dire comme ayant à choisir et à exécuter rapidement une réponse dans une situation ou plusieurs sont possibles.

    Le produit de la décision est la réponse motrice, qui actualise les processus et stratégies non observables, à travers la vitesse de la réaction, l'exactitude de la réponse, la vitesse du mouvement et sa précision. Ces caractéristiques de la réponse portent sur la décision produite après le signal impératif dévoilant l'événement auquel le décideur doit répondre en sélectionnant et spécifiant un programme moteur. Elles reflètent la façon dont le joueur en attente s'est préparé à l'apparition de tel ou tel autre événement ; la justesse avec laquelle à partir de sa subjectivité il a prévu le déroulement ultérieur de la situation et la stratégie de préparation qu'il développe pour être efficace dans la production de sa réponse. Selon Alain, Lalonde et Sarrazin (1983) ; Alain, Sarrazin et Lacombe (1984), Alain et Serrazin (1985), l'état de préparation à réagir fait l'objet d'un véritable processus de choix dont le sujet peut en partie se représenter et verbaliser les déterminants, ce qui n'est pas le cas des processus de sélection et de programmation de la réponse qui s'effectuent dans un temps très court et qui dépendent des stratégies adoptées avant le signal de réponse.