complexite.gif (3475 octets)
Complexité
informationnelle

Eléments de la difficulté informationnelle des tâches motrices
Extrait d'un article de J.J Temprado et J.P. Famose, "Analyse de la difficulté informationnelle et description des tâches motrices". Cognition et performance, INSEP, 1993


   La difficulté de la tâche peut être modifiée en manipulant les variables qui affectent les stades qui se dérobent sur chaque versant du traitement de l'information. Il revient au psychologue de formuler et de tester les hypothèses concernant la nature et le nombre de stades ainsi que l'effet de différentes variables sur les stades de traitement. A cette fin, on utilise la méthode des facteurs additifs développée par Sternberg (1969).

Son principe repose sur l'analyse du type d'effet additif ou interactif produit par deux ou plusieurs variables sur le temps de réaction. Lorsque les variables manipulées sollicitent des stades de traitement distincts, l'allongement total de la durée de traitement est égal à la somme des temps requis par chaque stade pour traiter l'information transmise par le stade précédent.

En revanche, lorsque les variables affectent un même stade de traitement le temps de réaction résulte de l'interaction des difficultés de traitement associées à chaque variable. Dans le cas le plus courant le temps de traitement augmente dramatiquement lorsque les niveaux de difficulté les plus élevés des deux variables sont combinés dans la tâche.

Les travaux expérimentaux réalisés avec cette méthode ont permis d'élaborer un modèle en sept stades (Sanders, 1991) qui repose sur l'identification des variables qui modifient la difficulté du traitement central requis pour réaliser la tâche (figure 2).

L'évaluation de la difficulté sur le versant de l'exécution ne répond pas à l'utilisation de la méthode des facteurs additifs. L'augmentation de la difficulté peut être décrite par une élévation de la durée du mouvement ou par une diminution de la précision spatiale et / ou temporelle du geste.