complexite.gif (3475 octets)
Complexité
informationnelle

Incertitude, APS et prise de décision
Extrait d'un article de J.J Temprado, "Prise de décision en sport : modalités d'études et données actuelles". Revue STAPS, vol. 10, n° 19, février 1989


   Les APS peuvent être distinguées selon le type de contraintes qu'elles exercent sur l'activité décisionnelle des pratiquants. Le critère " incertitude ", employé ici au sens large, permet en particulier d'opérer une distinction entre celles qui sollicitent fortement le décodage de l'information dans la situation, exigeant de la part de l'acteur des décisions immédiates pour poursuivre l'action et faisant appel à sa subjectivité (par exemple en sports collectifs) et celles qui sollicitent moins où pas de tout cette capacité de faire des choix en cours de réalisation motrice (par exemple en sprint).

    Les habiletés motrices requises sont de natures différentes. Selon la distinction opérée par Poulton (1957), dans un cas il s'agit d'habiletés " ouvertes " qui doivent être adaptables, modulables en fonction des conditions susceptibles d'être présentées, alors que dans l'autre cas il s'agit d'habiletés " fermées " dont la configuration précise et prédécidée, acquise et répétée, automatisée pendant l'entraînement. En réalité, cette distinction n'est pas aussi nette puisque la réalisation de l'acteur est susceptible de véhiculer elle-même de l'incertitude qui doit être prise en compte en cours de réalisation, soit de manière anticipée, soit en temps réel (Cl. Alain in Temprado, 1988 a).

    Dans les activités où l'incertitude est issue du milieu naturel, la réussite dépend de la capacité de choisir une réponse appropriée en fonction de la lecture de l'environnement changeant, tandis que dans les activités duelles, le gain de l'affrontement ne dépend pas du hasard mais de l'habileté à prendre l'adversaire en défaut et à déjouer ses projets.
    Les décisions s'effectuent parfois dans une dynamique relationnelle collective et doivent être cordonnées au sein d'unités plus larges qui les font accéder au rang de systèmes de décisions dans lesquels elles entretiennent des relations de causes à effets. Ainsi dans les jeux sportifs collectifs, l'action d'un joueur est absurde si elle n'est pas liée à celle des co-acteurs de la situation. On peut dire que la décision est ici non seulement fonctionnelle, car participant de la résolution de la tâche, mais aussi signifiante, puisqu'elle informe partenaires et adversaires et influence leurs propres décisions.