automatisation.gif (2293 octets)
Complexité
informationnelle

Situations "simples", situations "complexes"
Extrait d'un article coordonné par P. Guadagnin, "Résolution des problèmes tactiques". 4ème Colloque Haut Niveau des Entraîneurs de la FFV, 17-20 octobre 1995, ENV.


   Les situations dites " simples " placent le régatier face à un problème " clair ", exigeant la prise en compte d'un nombre assez limité de variables, sous une pression temporelle faible. C'est par exemple le " cas d'école " classique du marquage d'un seul adversaire avec un avantage important.
    Les situations dites " complexes " placent le régatier face à un problème confus, ambigu, " mal défini ", où il doit faire face à une grande incertitude, variabilité et pression temporelle. C'est le cas de la plupart des situations de régate en flotte... On constate que dans de telles situations des coureurs de haut niveau peuvent parfois faire des " erreurs " grossières telles que se tromper de bouée ou de parcours, partir avec 2 longueurs de retard sur la ligne, etc. Ce phénomène est encore plus notable depuis le changement fréquent de parcours, qui augmente la complexité à gérer par les athlètes.

    L'utilisation des "fondamentaux tactiques " sous la forme de règles et de principes préétablis (tenant compte du parcours, du vent, des adversaires) permet une adaptation tactique efficace face aux " situations simples ". La difficulté réside dans la mise en jeu de ces " fondamentaux " dans les situations complexes de la régate : le cadre évolue en fonction du courant, il évolue d'un bord à l'autre, les notions d'écart sont à relativiser etc. Des régatiers peuvent très bien s'adapter aux situations simples et être " perdus " dans des situations plus complexes. Xavier Rohart avoue que dans certaines situations il peut aisément appliquer des règles simples par rapport au vent (ex : virer au refus, avec une centration importante sur le compas), mais que dans d'autres situations, cette règle n'est pas adaptée :

" Il y a des situations qui ne font pas du tout appel au compas, il y a des manches où je suis incapable de dire un chiffre relevé sur le compas, et dans d'autres manches, je suis le nez dedansIl y a des situations où au 210 il faut virer, et tu vires au 210. Il y en a d'autres ou tu as le nez tout le temps en l'air et tu regardes dehors ... "